En France, 1% des adultes ont été mis en garde à vue en 2008

Publié le par Mailgorn Gouez

En France, 1% des adultes
 ont été mis en garde à vue
en 2008

 


C'est une "performance policière" à inscrire dans le Guiness des Records : chaque jour, 1.600 personnes en moyenne sont placées en garde à vue sur le territoire français. Des chiffres en hausse constante depuis 5 ans, dans un contexte où le taux de garde à vue/mis en cause peut souvent dépasser les 100%, comme ici en Pays Basque nord.

--------------------------------------------------------------------------------

 

 


Rendu public ce mardi, le rapport de l'Observatoire National de la Délinquance (OND) ne conclut pas que la police française abuse de la garde à vue, mais recense tout de même une augmentation de leur nombre de 35% en cinq ans: 577 816 personnes placées en garde à vue.
Rapporté aux 47 millions de personnes adultes en risque de l'être, cela représente 1,2 de la population.

 


Rapporté aux 1 172 193 mises en cause (en augmentation elles aussi de 22 % en cinq ans), cela représente un ratio d'une garde à vue entre quatre murs, le temps d'un interrogatoire serré, pour deux faits finalement étudiés par la justice.

 


Pour autant, précise l'OND, tous les cas de figure existent.

 


Une personne mise en cause peut l'être sans avoir été mise en garde à vue: une mesure qui s'applique majoritairement aux délits étudiés dans le domaine des infractions économiques et financières (à ce jour, un secteur marqué également par un faible taux de résolution au final des enquêtes).

 


Une personne peut également être mise en garde à vue, sans être poursuivie par la suite: ainsi on dépasse souvent le ratio de 100% dans les cas d'homicides, un contexte dont "la gravité des faits peut expliquer un recours quasi systématique à la garde à vue", explique l'OND.

 


Ou alors, comme au Pays Basque, ce taux peut atteindre des sommets.

 


Interrogée (sans garde à vue) par la presse sur la vigilance des autorités françaises face au terrorisme, la Ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie a souhaité rappeler ce mercredi que "39 membres présumés du mouvement indépendantiste basque ETA avaient été arrêtés sur le sol français en 2008".

 


Un nombre qui surprend par son ampleur.

 


Dans le même, le comité de soutien aux prisonniers basques Askatasuna estime à une centaine de personnes placées en garde à vue au Commissariat de Bayonne puis habituellement relâchées sans charges, comme dans la "macro-enquête" sur l'attentat contre l'auberge Ducasse à Bidarray, les comptes du parti Batasuna en Pays Basque nord, ou les interpellations régulières dans le "financement de l'ETA par les bars associatifs basques".

 


En 2008, aucune charge n'a finalement été retenue dans ces cas pour la soixantaine de personnes placées en garde à vue.

 


Comme nous le ré-expliquerait notre professeur de mathématiques du collège, "le ratio gardes à vue/mise en cause est donc de 60 personnes divisées par zéro, ce qui est impossible, ou alors proche de l'infini!".

 


L'OND vient donc nous rappeler ce vieil adage populaire : "Impossible n'est pas français!"


Source : Ramuntxo Garbisu sur E!tb

suite : http://antirepression.over-blog.com/article-31407722.html

 


Publié dans Vent Libertaire 29

Commenter cet article