La disparition de Jon Anza sans réponse non plus du côté d'Alliot-Marie

Publié le par Mailgorn Gouez

La disparition de Jon Anza
sans réponse non plus du côté d'Alliot-Marie

 

 

Alors que la Ministre de l'Intérieur assistait samedi à un meeting de l'UMP pour les Européennes, les 200 manifestants basques en soutien à la disparition du militant Jon Ansa ont été empêchés d'accéder au Casino de Biarritz, avant de se faire disperser au gaz lacrymogène.

 

--------------------------------------------------------------------------------
 
Depuis la disparition le 18 avril dernier du militant basque Jon Anza, le comité de soutien aux prisonniers basques Askatasuna multiplie les conférences de presse et les manifestations, avec, comme unique mot d'ordre : "Non da Jon ?" ("Où est Yon ?").

 


Présenté par un communiqué de l'ETA comme membre de l'organisation armée basque et, de fait, repéré par les polices espagnole et française, le comité de soutien ne comprend toujours pas comment une personne "très surveillée" a bien pu disparaitre du jour au lendemain.

 


Inquiet sur son sort, Askatasuna avait convié ses sympathisants à une manifestation ce samedi devant le Casino Bellevue de Biarritz (Pays Basque nord) où était annoncée Michèle Alliot-Marie, Ministre de l'Intérieur, venue soutenir la candidature de l'UMP Dominique Baudis pour les élections européennes du 7 juin prochain.

 


Plus de 200 personnes ont donc tenté de s'approcher du meeting, sans succès devant le barrage de la police.

 


Après quelques minutes de face à face, les manifestants ont regagné la grande Plage de Biarritz, où de nouveaux incidents se sont produits, les forces de police n'hésitant pas à utiliser des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestations et toutes les personnes, nombreuses, ayant un nez et des yeux en état de marche.

 


Dans les prochains jours, avertit Askatasuna, la même question continuera d'être posée aux deux chefs de l'Etat espagnol et français : "Non da Jon ?"


Source : E!tb

la suite : La disparition de Jon Anza sans réponse non plus du côté d'Alliot-Marie
Alors que la Ministre de l'Intérieur assistait samedi à un meeting de l'UMP pour les Européennes, les 200 manifestants basques en soutien à la disparition du militant Jon Ansa ont été empêchés d'accéder au Casino de Biarritz, avant de se faire disperser au gaz lacrymogène.

 

--------------------------------------------------------------------------------
 
Depuis la disparition le 18 avril dernier du militant basque Jon Anza, le comité de soutien aux prisonniers basques Askatasuna multiplie les conférences de presse et les manifestations, avec, comme unique mot d'ordre : "Non da Jon ?" ("Où est Yon ?").

 


Présenté par un communiqué de l'ETA comme membre de l'organisation armée basque et, de fait, repéré par les polices espagnole et française, le comité de soutien ne comprend toujours pas comment une personne "très surveillée" a bien pu disparaitre du jour au lendemain.

 


Inquiet sur son sort, Askatasuna avait convié ses sympathisants à une manifestation ce samedi devant le Casino Bellevue de Biarritz (Pays Basque nord) où était annoncée Michèle Alliot-Marie, Ministre de l'Intérieur, venue soutenir la candidature de l'UMP Dominique Baudis pour les élections européennes du 7 juin prochain.

 


Plus de 200 personnes ont donc tenté de s'approcher du meeting, sans succès devant le barrage de la police.

 


Après quelques minutes de face à face, les manifestants ont regagné la grande Plage de Biarritz, où de nouveaux incidents se sont produits, les forces de police n'hésitant pas à utiliser des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestations et toutes les personnes, nombreuses, ayant un nez et des yeux en état de marche.

 


Dans les prochains jours, avertit Askatasuna, la même question continuera d'être posée aux deux chefs de l'Etat espagnol et français : "Non da Jon ?"


Source : E!tb

la suite : http://antirepression.over-blog.com/article-32093580.html

 


.

Publié dans Vent Libertaire 29

Commenter cet article