Éducation. Un rassemblement contre la précarité mercredi

Publié le par Mailgorn Gouez

Éducation.
Un rassemblement
contre la précarité
mercredi

 


         Dans le cadre de la journée nationale unitaire d'action contre la précarité dans les écoles, un rassemblement est prévu mercredi, à 15h, devant la préfecture de Saint-Brieuc.

 Assistants de vie scolaire, emplois de vie scolaire (AVS et EVS), assistants d'éducation (AE, ASEN) ont été embauchés dans le cadre du plan de cohésion sociale et de la loi de 2005 sur le handicap pour aider les enfants handicapés à s'intégrer à leur classe. Fin juin, ils seront plus de 32.000 AVS et EVS au chômage pour cause de fin de contrat.

«Un grand gâchis humain»

Dans les Côtes-d'Armor, «au moins 160 AVS et EVS sur les 264 qui travaillent dans le premier degré sont menacés par le non-renouvellement de leur contrat», explique PascalConnan, secrétaire départemental du SNUDI-FO. Une situation qui scandalise en premier lieu les salariés concernés, mais également les syndicats (SNU-ipp-FSU, SE-Unsa, Sgen-CFDT, Snudi-FO, Unsen-CGT, UNCVES et Sud-Education) qui voient là «un grand gâchis humain». Les postes en eux-mêmes pourraient ne pas être supprimés car il est fait appel à de nouvelles personnes (elles aussi demandeuses d'emploi sans aucune expérience, rémunérées entre 500 € et 800 € selon le nombre d'heures). Et ce, pour remplacer les actuels AVS qui sont en fin de contrat non renouvelable après six ans d'exercice. La situation est également dramatique pour les enfants handicapés qui seront sans auxiliaire à la rentrée prochaine ou avec un nouveau guide qu'ils ne connaissent pas. «Le risque, c'est d'assister à la déscolarisation des enfants handicapés», s'inquiètent les différents syndicats.

«On nous avait promisun emploi durable»

Les personnels actuels, eux, sont révoltés. «Au moment de notre embauche, on nous avait promis une formation et un emploi durable. Nous n'avons rien obtenu. Nous nous sommes formés sur le tas, nous avons acquis des compétences mais nous ne pourrons même pas faire valider les acquis de notre expérience car nos emplois ne sont même pas reconnus comme de vrais métiers!». «Le réemploi de tous dans des conditions normales statutaires, avec de vrais salairesà temps complet», c'est ce que demandent les syndicats qui appellent AVS, EVS, AE, ASEN, enseignants, parents d'enfants handicapés à se rassembler mercredi, à 15h, devant la préfecture de Saint-Brieuc. Les syndicats ont également sollicité un entretien avec le préfet ce jour-là et proposé qu'un groupe de travail soit constitué avec les différents syndicats enseignants, le conseil général, le Pôle Emploi, la Direction du Travail et l'inspection académique.

Isabelle Guézennec


la suite : http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/cotesarmor/education-un-rassemblement-contre-la-precarite-mercredi-25-05-2009-393579.php?xtor=EPR-3-[quotidien]-20090525-[detailarticle]

 


.

Publié dans Vent Libertaire 29

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article