Résistance universitaire

Publié le par Mailgorn Gouez

Résistance universitaire

 

Marie-Jean SAURET

Nous voulons l’amélioration de l’université française, non sa casse. Or le monde dans lequel elle est plongée n’est pas forcément celui que nous cherchons à servir. De sorte que l’idée d’un grand service public universitaire est en contradiction avec l’université que l’économie néolibérale veut mettre au service de la nouvelle économie des connaissances : transformer les institutions de l’enseignement supérieur et de la recherche en entreprises, réduire le savoir à des connaissances monnayables, rentabiliser le travail intellectuel avec les mêmes critères que ceux utilisés dans l’industrie et dans la finance, réserver le meilleur des techniques et de la science à une élite à son service, faire payer l’université par ses usagers…

Dans ces conditions, la fin du service public rendu par l’université est programmée, la mutation de la culture et du savoir en « ressources » technoscientifiques (évaluées en unités de crédit) est entérinée, et le sacrifice de millions de jeunes, devant lesquels se fermeront les portes de l’enseignement supérieur, est quasi consommé. Non seulement les entreprises universitaires devront alimenter le marché des connaissances, mais elles fabriquent déjà les théories dont le capitalisme a besoin : l’économie, mais également l’anthropologie à travers laquelle il s’agit de nous formater afin que nous le servions mieux. Accessoirement, il conviendra de faire le ménage parmi les disciplines et les théories dérisoires, inutiles (bonnes pour la « culture générale » pour laquelle personne ne voudra payer), voire pernicieuses : par exemple le latin et le grec (ainsi que l’avait claironné notre président), mais aussi les enseignements référés à la psychanalyse qui font de chacun une exception symptomatique aux anthropologies générales, les conceptions et les pratiques de l’art qui ne se rendraient pas immédiatement sur le marché, et pourquoi pas l’histoire (finie), l’archéologie, la préhistoire (sauf pour alimenter le tourisme, les expositions privées et les collectionneurs : où se réfugie le désir !)…

Face à ces perspectives, l’université que nous servons actuellement est de fait un lieu de résistance au néolibéralisme. La crise économique, financière et sociale actuelle est conjoncturelle pour certains, le signe d’une véritable crise de civilisation pour les autres. Pour ces derniers, la poursuite de l’adaptation de l’université à une logique responsable de la crise est une fuite en avant dangereuse - qui redouble les raisons que nous avons de faire grève. Mais ce sont les tenants de la première interprétation qui gouvernent : le capitalisme doit être amendé, réformé, moralisé et la loi relative aux libertés et aux responsabilités des universités (LRU) y contribuerait pour sa part. Quoi qu’il en soit de l’issue du conflit, retrait ou adaptation de la LRU, la logique générale n’aura pas changé… et la crise ne se sera pas évanouie comme par enchantement. Les menaces des ministres sur les étudiants et les enseignants récalcitrants donnent une idée de ce qu’il faut entendre par « autonomie » : « Soyez autonomes mais soumis ! » : il s’agit bien de la « concurrence » qui soumet les universités aux impératifs économiques, aux patrons et aux politiques qui les achèteront - tout le contraire de l’émulation, voire de la compétition d’allure sportive.

La concurrence capitaliste renoue avec le cirque romain : le dernier y est mis à mort ! Plus cruellement encore, à petit feu : sans revenu, prié de rester chez lui, obligé de renoncer aux sorties, aux loisirs, à la culture, au livre, au cinéma, aux visites, et parfois au logement. La vie familiale et sociale, la santé physique et psychique se dégradent. Qui dira le poids de cette violence délibérée ? Que valent au regard d’elle les quelques heures de séquestration dont on nous parle ici ou là ? Est-ce qu’un jour il ne faudra pas que les capitalistes et les politiques qui les servent soient jugés pour ce crime contre l’humanité ? Nous ne sommes donc pas, à l’université, dans le cadre d’un conflit, d’une bataille qui serait nécessairement perdue ou gagnée, mais plutôt d’une résistance à long terme. Celle-ci n’a aucun sens si on la coupe de la situation générale et des luttes qui se développent ailleurs, dans tous les secteurs de la vie de notre pays et des autres régions du monde.

Cette lutte doit profiter de toutes les occasions de donner un coup de frein, de provoquer un changement de cap à la logique néolibérale. Il n’est pas possible de laisser-aller ce système responsable de tant de souffrance (chômage, privation de logement, de nourriture, de culture, de loisirs, du droit de voyager, et de libertés diverses auxquelles les nantis ne pensent même pas avant qu’ils ne soient à leur tour frappés). Si l’on en juge aux témoignages de résistance qui parviennent de tous les secteurs de la vie collective, sans doute les conditions sont-elles réunies pour que l’idée d’une nécessaire alternative au capitalisme prenne consistance. Est-il impensable que les pas effectués par chacun pour lutter soient collectivisables dans un autre « vivre ensemble » ? En tout cas l’université participe de ce mouvement et met de fait le savoir qu’elle sert à la disposition de ceux qui vivent et veulent penser ce moment…

Marie-Jean Sauret
professeur des universités
Psychanalyste et membre du Collectif de l’Appel des appels.

Publié par L’Humanité du 11 mai 2009

 


article complet :http://www.legrandsoir.info/article8575.html




Publié dans Vent Libertaire 29

Commenter cet article